dimanche 6 août 2017

ICONOCLASMES #3: ENFUMER NUIT GRAVEMENT A LA VERITE

Une image circule régulièrement sur les réseaux sociaux et dans certains médias de la Yougosphère. Elle montre Tito s'allumer un cigare en présence de Richard Nixon. La scène se passe à la Maison Blanche lors de la visite du président yougoslave à Washington, fin octobre 1971.



Le commentaire qui accompagne généralement cette photo devenue virale expose les faits suivants: lors de son entrevue avec le président américain, Tito s'allume un cigare. Nixon aurait alors réprimandé son homologue yougoslave en lui-disant qu'il est interdit de fumer à l'intérieur de la Maison Blanche. Toujours d'après le commentaire viral qui accompagne la photo, Tito n'aurait eu que faire de la remarque de Nixon et aurait ainsi tranquillement allumé son cigare, le savourant au mépris de son hôte et des usages en vigueur dans le saint des saints du pouvoir américain. Nixon se serait alors incliné, et le commentaire viral de conclure en disant (je schématise): "Tito, lui, il avait des couilles. Même face à la première puissance impérialiste mondiale, rien à foutre, il fume son cigare. C'était le bon temps où on était respecté!"

Et la vaste communauté virtuelle des yougonostalgiques, des titophiles, des anti-impérialistes et autres bouffeurs de yankees d'applaudir chaudement à grands renforts de likes cet acte de bravoure du camarade Josip Broz. La légende veut en plus que le cigare ait été cubain, ce qui renforce encore la provoc'.

samedi 6 mai 2017

EN MARCHE !

"Balkanisation", 2011 
Oeuvre de Damir Radovic, publiée ici avec l'aimable autorisation de l'auteur.
Tous droits réservés.
Plexiglass orange epoxy.
Dimensions variables.
L'oeuvre fait partie de la série "Territory of Madness"
.


A l'approche du second tour des présidentielles françaises, Yougosonic propose quelques réflexions, et un peu de déconnade, à travers le miroir que peuvent nous tendre certaines oeuvres et points de vue d'artistes de la Yougosphère, pour la plupart régulièrement convoqués dans ce blog. Hormis quelques rares exceptions, ce qui suit n'est aucunement un vade-mecum de ce qu'il faudrait faire, ni du prêt-à-penser au milieu du désarroi de nombreux citoyens face à un choix électoral de second tour aux allures de plante carnivore... 


Je ne fais que partager de manière modeste et un rien ludique, quelques impressions et sentiments, avec l'aide de quelques témoins d'ex-Yougoslavie.  Certains éléments feront peut-être débat. En raison de l'ambiance assez chaude-patate du moment, si j'en juge par les passes d'armes musclées en vigueur sur les réseaux sociaux, la vigilance sera à son maximum envers les commentaires, ici ou sur facebook, sur le plan de la courtoisie et de l'argumentation. Et n'oublions pas au passage que ce n'est pas sur le web que nous réglerons les problèmes de ce pays. Si il y a un message, c'est celui-là. 


Nouveauté: des intertitres ponctuent ce post touffu, couché à l'arrachée cette semaine. C'est joli, pratique, et ça guide la lecture, que je vous souhaite excellente.



*** Marche au pas et pas d'eux deux ***

Plus que jamais, en ces temps électoraux troublés, l'ironie mordante et les messages à interprétations multiples de Laibach trouvent leur pertinence. La cultissime reprise par le groupe slovène de "Live is life" en marche militaire résume parfaitement l'offre politique du second tour.



mercredi 19 avril 2017

BALKAN TRAFIK A BRUXELLES: COPINAGE ET INTERVIEW


LE COPINAGE:  

Demain, 20 avril, démarre à Bruxelles le Festival Balkan Trafik. J’avais déjà évoqué ce festival dans le blog en 2011, sous la forme d’un copinage assumé, et j’en remets une petite couche cette année. Même si Balkan Trafik propose beaucoup de fanfares, genre que Yougosonic, on le sait, ne met pas au sommet de son palmarès musical perso, j’ai de la sympathie pour cet événement, autant que pour son enthousiaste directeur, l’infatigable Nicolas Wieërs, dont l’approche de ce territoire qui nous passionne tous, me paraît ouverte, sincère et optimiste.

dimanche 15 janvier 2017

LE TRAIN SIFFLERA TROIS DOIGTS



Il n'est pas dans les habitudes de ce blog de réagir à chaud à l'actualité, j'ai toujours préféré le regard distancié et refroidi. Faisons toutefois une exception pour ce qui s'avère définitivement être l'une des premières "Bullshits of the year": le nouveau train qui devait relier Belgrade à Mitrovica-Nord, enclave serbe au Kosovo, s'est sans surprise arrêté avant la frontière sans arriver à son terminus. Le train a dû rebrousser chemin, à la fois en raison d'un probable sabotage par quelques nostalgiques de l'UCK sur la ligne, et suite à un gonflage de pectoraux des autorités kosovares, suivi d'un gonflage de pectoraux des autorités serbes, chacun s'accusant de provocation (résumé des faits ici).